juin 2007

Archive mensuelle

Les jasmins de Blida

Créé par le 30 juin 2007 | Dans : Art et Culture

jasmin.jpg

          De la famille des oléacées, le Jasminum, appelé jasmin blanc ou jasmin à parfum, est originaire du sud de l’Asie. La floraison blanche a lieu du mois de mai au mois d’octobre.   

          A Blida, la culture du jasmin s’étendait sur une superficie de 90 ha. Sa culture était utilisée essentiellement en parfumerie. Sa transformation qui s’effectuait dans les usines de la Chiffa et de Blida, permettait d’extraire une quantité annuelle, destinée à l’exportation, variant de 8 à 10 quintaux.         

   Nulle maison digne de ce nom ne pouvait se passer de son Jasmin planté a l’entrée ou dans son jardin.     

       Jadis les enfants faisaient sa cueillette tôt le matin, avant le lever du soleil, pour préparer des chapelets pour les vendre. Les garçons se dépêchaient chez les épiciers, les bouchers du coin, les coiffeurs et les jeunes filles aux bains maures. 

          Le jasmin était  aussi utilise comme un déodorant de maison. Les femmes, après avoir finit leurs ménages, décoraient et parfumaient leur lit de chambre et leur salons par du jasmin. Elles aromatisaient aussi l’eau de table par quelques unes de ses pétales pour désaltérer leur soif. 

Merci pour vos visites

Créé par le 29 juin 2007 | Dans : Fait Divers

Merci !

        Ce nouveau site créé au mois de mai 2007 semble susciter de  l’intérêt. Je veux remercier tous ces premiers internautes qu’ils soient de blida, d’Algerie ou du Monde pour leurs visites de ce blog et une mention spéciale à ceux qui m’ont encouragé et qui m’ont laissé leurs commentaires. A ce jour 1710 visiteurs différents sont venus au moins une fois. Je reste à l’écoute de vos avis et suggestions.

Découvrons notre civilisation musulmane

Créé par le 19 juin 2007 | Dans : Art et Culture, Histoire, Science et Recherche

  111111.jpg   coffee.jpg    dscf0863.jpg

 

Deux sites forts intéressants sur l’histoire de la science durant la civilisation musulmane qui m’ont été proposés par un Blideen qui  vit à Dubaï. Je vous les soumets,  peut être que vous trouverez des choses qui vous plaisent. 

http://www.muslimheritage.com 

http://www.1001inventions.com

 j’attends vos réactions

Cheikh Mahfoud NAHNAH et l’activisme politique

Créé par le 19 juin 2007 | Dans : Politique

L’activisme politique de la mouvance islamique a connu ces débuts, de manière officielle, vers la fin des années quatre vingt, suite à la révision de la constitution algérienne. La nouvelle constitution inaugure le multipartisme et facilite l’agrément aux partis islamiques. Trois partis, d’obédience islamique, ont obtenu leur agrément : le F.I.S, HAMAS, et NAHDHA. 

 

Les premières élections municipales et nationales, organisées au début des années quatre vingt dix,  ont détrôné le parti au pouvoir (FLN) pour laisser place au parti islamique (FIS), dirigé par Abassi Madani. Ce parti a pris le contrôle de la moitié des mairies et les deux tiers du parlement algérien (APN en 1991). Il était  donc appeler à prendre le gouvernement. 

 

Seulement, ce raz de marrée électoraliste a provoqué une crise au sein des décideurs algériens qui s’est concrétisé par l’arrêt du processus électoral et la dissolution du parti islamique (FIS). Une politique d’arrestation massive des militants et sympathisants de ce parti a été entreprise par le pouvoir accompagnée par l’ouverture des camps de détention au sud du pays pour les accueillir. 

 

L’arrêt du processus démocratique, par cette démarche trop militariste du tout sécuritaire a été observé comme une forme de provocation menée par le courant nationaliste détenteur du pouvoir contre les militants du FIS. Pour eux il était légitime de « reconquérir leur légitimité octroyée par le peuple », même si cela nécessite le recours à la violence. 

 

Une bipolarisation caractérisée s’est installée en Algérie : Un pole représentant le tout jihad pour reconquérir sa légitimité et l’autre représentant  les gardiens de la république qui avaient comme objectif d’éradiquer cette expérience politique démocratique. 

 

 Seulement ce bras de fer entre les deux tendances avait sombré le pays dans une guerre civile.  Une tragédie meurtrière, marquée par l’assassinat, toutes tendances confondues et de toutes les catégories, d’imams, d’intellectuels, de journalistes, de syndicalistes et d’hommes de cultures, s’est installée mettant les acteurs de la société civile dans l’expectative. 

 

Il fallait donc trouver une solution à cette crise. Une troisième voie était nécessaire pour casser cette bipolarisation de la crise. Autrement dit une issue qui peut concilier entre islam et nationalisme et ramener le pays vers une stabilité politique et économique. 

 

 

mahfos20nahnah.jpg

Cheikh Mahfoud Nahnah a pu jouer ce rôle important en ce moment ou tous les courants politiques étaient en sursis. Sa première démarche consistait à sauvegarder les valeurs de l’islam de toute interprétation extrémiste que se soit de la part du pouvoir en place que des groupes armes qui avait appelait a la rébellion. Son mot d’ordre principal était d’arrêter l’hémorragie et préserver le sang des algériens. A chaque occasion qui se présentait a lui, il ne cessait d’aborder la crise algérienne, sa cause, ses intervenants, sa répercussion sur le futur et les solutions proposées pour l’arrêter. 

 

 Il a pu en présence de plusieurs personnalités religieuses, nationales et internationales, proposer des solutions de réconciliation dans lesquelles  les partis en conflits puissent négocier. Il a invité l’ensemble des forces vives de la nation  » aux islamistes armés qui auraient déposé leurs armes, aux membres du FIS et à tous les patriotes sincères «  à un débat ouvert. Malgré ce rôle de réconciliateur et médiateur qui lui a coûté la vie à plusieurs membres actifs de son parti dont cheikh Mohamed Bouslimani, Cheikh Mahfoud Nahnah était resté toujours ferme sur ses positions. Sa constance, son courage et ses convictions avaient  fait de lui une personnalité incontournable ; Il ne s’etait jamais vengé pour sa personne, même quand les langues et les mains coupables et malheureuses se sont prises à lui par le mal, le mensonge et la calomnie il avait refusé même que quiconque de ses compagnons leur réponde, et avait préféré la voie de la patience, l’endurance et le pardon. 

 

Son patriotisme l’avait toujours guidé vers le principe que la solution de la crise doit être algérienne. Il s’était opposé radicalement à toutes formes d’internationalisation du conflit. Son refus catégorique de la plate forme de Rome, élaborée  par les partis politiques FLN, FFS.FIS, NAHDA et PT, l’a mis au devant de la scène politique comme étant un homme Islamo-Nationaliste. 

 

Beaucoup de chercheurs et politologues avaient jugé sa démarche  comme une forme de réinsertion des islamistes, par la grande porte, dans le champ politique algérienne. En effet, lors de l’élection présidentielle en 1995,  cheikh Nahnah a raflé la majorité des voix des électeurs, mais les résultats officiels ont proclamé un score de 25% en faveur du candidat du parti islamique HAMAS. Malgré cette fraude électorale contestée pas la classe politique, il n’en demeure pas moins que cheikh Mahfoud était resté  serein, lucide et vigilant. Il avait appelé ses électeurs au calme et de mener un combat pacifique pour une démocratie légitime. Depuis ce jours la tout le monde l’appelait monsieur le président de la république. 

 

Le même scénario se répète lors des élections législatives en 1997 ou malgré le maintien de la fraude, son parti politique a pu récolter 71 sièges. Les résultats officieux leur attribuaient un score de 159 députés. 

 

Son dernier contact avec la vie politique était lors des élections présidentielles de 1999. il avait émis le vœux de se présenter une deuxième fois comme candidat, mais les décideurs lui ont refuse son dossier de candidature de peur qu’il sera plébiscité par les électeurs au poste de président comme celle de 1995. 

 

Quelles leçons doivent-ont tirées de son expérience politique ? 

 

1.      Le jeu démocratique est une voie incontournable chez  notre cher regrette Mahfoud Nahnah.  Ses convictions démocratiques ne sont pas dictées par une démarche pragmatique et temporaire mais par une adhésion sans réserve à ce processus comme forme de changement et d’alternance, malgré ses défaillances et ses limites 

 

2.      Sa participation au jeu démocratique, a fait de lui un homme de changement  et d’alternative à la dichotomie des idéaux de gauche ou de droite. Il a su construire une troisième voie capable de compenser les faiblesses manifestées des formes plus séculières du nationalisme, du capitalisme et du socialisme. 

 

3.      Sa démarche politique s’inscrit dans un processus de renouveau graduel, refusant tout changement radical par la force. Son engagement politique repose sur deux piliers essentiels et éminents : La transparence et la moralité de la vie publique. Il considère qu’une bonne gouvernance est tributaire d’une transition politique basée sur ces deux facteurs et que l’absence de contrôle sur le pouvoir exécutif, dû à la faiblesse du pouvoir législatif et la nature dépendante du pouvoir judicaire, a provoqué  une culture d’ombre dans la gestion des finances publiques. Ce qui a engendré l’émanation de plusieurs fléaux qui ont gangrené les économies de ces états tels que la corruption, les détournements de fonds, l’abus de pouvoir, l’obtention illégales d’intérêts, le favoritisme, la falsification, l’exploitation illégale des biens publics,…. 

 

 

4.      Cheikh Mahfoud Nahnah a su développer un discours politique franc et transparent pour sensibiliser la société autour de ses convictions. Des tables rondes, des meetings, des rencontres sont organisés avec les militants et les citoyens de toutes les couches sociales pour élargir le rang des adeptes pour une SOCIETE DE VALEURS. Forte de sa capacité de dialoguer avec la population, il s’est vu, par rapport aux autres tendances politiques, habiliter à porter le flambeau du travail de proximité pour un état de droit et une société de valeurs. Sa force réside à  sa patience à rester toujours à l’écoute du citoyen et  de répondre sans ambigu à ses  attentes. 

 

5.      Convaincu de sa mission noble, il a su aussi générer un discours rassembleur en conciliant Islam et Nationalisme. il estime que beaucoup de points communs relient ces deux tendances et qu’il y a beaucoup plus de convergences que de divergences de vues entre elles.  Cette nouvelle forme de discours islamo-nationaliste lui a permis progressivement de se positionner sur l’échiquier politique où il occupe une place toujours plus prépondérante, comme une personnalité que l’on ne pourrait ignorer ou contourner sur le plan national. Il a pu avec le temps, constituer des alliances politiques solides avec différentes tendances politiques. Ces alliances politiques ont malheureusement suscité beaucoup d’hostilités chez les courants ou organisations dites démocratiques ou autres courants se réclamant du camp des laïcos-démocratiques. Ces derniers continuent toujours à nourrir des soupçons à l’égard  de la motivation et de la sincérité envers son parti en invoquant sa vision soi-disant obscurantiste, moyenâgeuse ou intolérante comme prétexte à leur propre refus intolérant d’engager une véritable discussion politique avec eux. Cette vision un peu trop uniformiste n’a fait qu’accélérer leur retraite anticipée de la scène politique où la population les a rejetées. Aujourd’hui, avec les effets néfastes de la mondialisation, il serait plus judicieux  de se réunir autour d’un projet ou un ensemble de dossiers que de se réfracter idéologiquement. 

 

Témoignage d’un des anciens élèves du cheikh NAHNAH

Créé par le 17 juin 2007 | Dans : Nostalgie

Essalamou Aleykoum


Cela fait déjà quatre ans qu’on a perdu en la personne de Cheikh Mahfoudh NAHNAH une figure emblématique de notre chère ville (Allah yarhmou w’yarhoum koul el-mou’minine,Amine).
Comme le temps passe vite et que la vie est courte.

J’ai evidement connu notre Cheikh il ya plus de 40 ans. Il demarrait sa vie de Professeur d’Arabe. Il avait la vingtaine ou un peu plus. J’ai eu la chance, le privilège et l’honneur d’être son élève au collège Ben-Boulaîd (Montpensier à l’époque). J’étais en classe de 5ème ou 4ème en 1965 /1966.

J’ai le souvenir d’un homme Charismatique, d’une grande probité et de droiture. C’était un homme qui adorait Dieu et qui préchait la bonne Parole. Il aimait trop la justice et n’hésitait pas à braver les interdits pour fustiger le pouvoir totalitaire qu’on avait à l’époque. Il prônait la liberté d’expression et le respect de la personne humaine. Il avait une voix à la fois chaude, suave et douce qu’on pouvait écouter des heures durant sans nous lasser. Il a enseigné par la suite au lyçée El-Feth et a eu comme élève celle qui est devenue mon épouse. Elle m’a raconté que c’est Cheikh Mahfoudh Nanah qui lui a appris la prière,qu’elle pratique toujours et régulièrement depuis cette époque jusqu’à aujourd’hui. Avec lui j’ai appris plusieurs versets du Coran ainsi que la droiture et la modestie comme celle qui le caractérisait.

0000329143014.jpg

 Le destin a failli nous faire rencontrer trente ans plus tard en France, à Chateau Chinon dans le Morvan. J’avais appris qu’il faisait parti du corps enseignants de l’Institut Européen des Siences Humaines ( la première Université des sciences Islamiques d’Europe, inaugurée en 1992). Malheureusement le jours ou j’y étais, il ne s’y trouvait pas. Le destin n’a pas voulu que l’on se re-croise. Qu’à cela ne tiennes!
Je garde de notre Cheikh le souvenir d’un grand Homme, une grande figure de l’islam moderne et ouvert sur le monde et d’un savant qui a marqué son époque. Il a transmis son savoir et sa connaissance à toute une génération. J’éspère que son association qu’il a transformé en partie (pour les besoins de la cause) pérdure son oeuvre et son travail dans le même esprit qu’il a initié.
A son évocation, je le pleure une fois, car c’était un vrai grand frère, au sens noble du mot.
En france certains hommes politiques et les médias le surnommait: Cheikh Alpaga, en référence à son élégance vestimentaire, parsqu’il aimait portait de beaux costumes, à l’inverse des Cheikhs du moyen Orient. C’était flatteur et il le méritait tant.
Allah yarhmou encore une fois
Djamel de france
wa salamou alekoum

Hommage a cheikh Mahfoud NAHNAH

Créé par le 17 juin 2007 | Dans : Nostalgie

0000312106001.jpg      

                  cheikh mahfoud nahnah toujous souriant

 Le 19 juin 2003, Blida a perdu un de ses valeureux enfants : Sheikh Mahfoud NAHNAH. Il était un des symboles de la réconciliation nationale. Son dévouement à la nation, son attachement aux valeurs de la république, son adhésion profonde à la culture arabo-islamique ont fait de lui un exemple pour les générations futures.    

          Son nom a surpassé les murs de la ville de la Blida. Il est connu à travers le monde par sa capacité de dialoguer, de convaincre, de prêcher la bonne parole et son courage exemplaire de dénoncer le terrorisme au moment ou plusieurs personnalités religieuses et politiques ont choisi le chemin du silence ce qui lui a coûté la mort de son plus cher ami d’enfance cheikh Mohamed Bouslimani, tué par un groupe terroriste le 26 janvier1994.  

           Ses thèses les plus soutenues étaient la choura (consultation), la démocratie, le développement, la tolérance, le respect mutuel, le respect des droits de l’homme, la participation de la femme dans les divers domaines de la vie, le respect des droits des minorités, le dialogue des civilisations, le respect des libertés individuelles et fondamentales, la modération et la pondération.    0000320715002.jpg   

  Le cheikh Mahfoud Nahnah est né le 27 Janvier 1942 à Blida (à 50 Km d’Alger), il appartenait à une famille pieuse, qui etait caractérisée par son attachement à la civilisation arabo-islamique, il avait appris le coran dés son jeune âge. Il avait fait ses premiers enseignements à l’école El-irched de Blida qui appartenait au mouvement nationaliste du PPA. Il n’avait jamais connu l’école française parce que son père (Allah yarhmou) tenait à tout prix que son fils soit imprégné de la culture arabo-musulmane, sous la houlette de grands savants et professeurs respectés de l’époque, tels que cheikh Mahfoudhi, cheikh Saoudi, cheikh Benameur,…. pour ne citer que cela.  

    

       Dés son jeune âge, il avait participé à la guerre de libération algérienne, en qualité de moussabil. Il était en relation avec tous les chefs de la région de Blida tels que Ahmed el blidi, Sid-Ahmed yekhlef, Maamar djaguaguene et les autres. Il était considéré  comme leur homme de confiance et ce jusqu’à l’indépendance en 1962. Il avait participé à toutes les manifestations populaires aux côtés des martyres des événements.        

 A l‘indépendance, cheikh a choisi la profession d’éducateur. Il avait occupé la fonction d’instituteur, puis directeur d’école, jusqu’en 19966 ou il avait rejoint les bancs de l’université d’Alger pour préparer une licence de littérature arabe qu’il avait obtenu en 1970.           

   Il avait commencé son activité de prédication à la mosquée de hanafi de Blida ou il tenait une « halka » une fois par semaine et  qui regroupait que des  jeunes universitaires de l’époque en campagnie de son cher ami d’enfance cheikh Mohamed Bouslimani. Ses connaissances sur les principes de l’islam et sa maitrise parfaite  de la langue arabe ont fait de lui un homme de religion. On fait appel à lui dans toutes les mosquées de la ville de Blida et d’Alger. Tout le monde aimait écouter ses prédications. Son slogan était que l’islam est un mode de vie et non pas seulement une pratique musulmane. Il prônait un islam issu de la pensée des grands penseurs de l’époque tels que cheikh Hassan el Benna, cheikh El Ghazali, cheikh El Mawdoudi, cheikh el Quaradhaoui, et ainsi de suite.  

        A la fac centrale, il a pu en collaboration avec ses frères ouvrir une mosquée pour les étudiants, il etait celui qui avait dirigé la première prière du Vendredi dans cette Mosquée ; douze personnes avaient assisté à cette première prière parmi eux, le Martyre Bouslimani, Abdelwahab Benhamouda, Malek Bennabi… 

 En 1975 il s’était opposé au régime socialiste de Boumediene. Il était convaincu que ce choix sociopolitique ne s’accomodait pas avec les principes du peuple algérien arabe et musulman. De ce fait,  Il s’était opposé radicalement au vote sur la charte nationale de 1975 qui voulait l’imposition du système socialiste (communiste) par la force, ce qui lui avait coûte la prison de ferme de 15 ans.  Il a été libéré en novembre 1980, après  avoir endurée une peine de 05 ans.      

     Son emprisonnement a fait de lui un symbole de l’opposition. A sa sortie de prison une foule de gens sont venus le voir à sa maison. J’étais de ceux qui ont fait ce déplacement. je peux attester que c’était une fête dans le quartier. Des gens venaient de partout pour le voir ; de Tébessa, de Tlemcen, de Tamanrasset et de Tizi-Ouzou, parmi eux des hommes, des femmes, des étudiants, des professeurs et des moudjahidines.      

      Son premier prêche l’avait fait  à la mosquée d’El Badr de Blida en présence d’une foule nombreuse. Son message était simple l’islam est la solution a tous nos problèmes.  Et depuis ce temps le cheikh s’est consacre à donner des conférences  sur le devenir de l’islam, il a participé à plusieurs congrès et colloques internationaux en Europe, Amérique, Asie et en Afrique, qui concernent les questions liées à l’Islam, l’Occident, les droits de l’homme etla Démocratie. Ce qui lui a permis de rencontrer des leaders et des grands responsables en France, Espagne, Suède, Etats Unis d’Amériques, Allemagne, Grande Bretagne, Italie, Syrie, Jordanie, Arabie Saoudite, Soudan, Qatar, Koweït, Maroc, Libye… etc          

 Durant tout son parcours de prédicateur, il avait dénoncé la violence et le terrorisme et toute forme d’extrémisme dans la religion, il considérait l’extrémisme comme concept étranger à l’Islam et aux Musulmans. Il a consacré tout son parcours islamique, depuis plus de trois décennies, pour défendre la vraie confession et les valeurs de la pondération et du juste milieu. Il avait  aussi des positions claires envers le socialisme, le chauvinisme, le sionisme, la laïcité,  la cause Palestinienne et celle de l’Afghanistan.  

           Cheikh Mahfoud est mort le 19 juin 2003 après une longue maladie, dans sa demeure.il fut enterré au cimetière d’El Alia (Alger)  en présence de centaines de milliers de personnes qui sont venus lui rendre un dernier hommage.   0000320715005.jpg        allah yarhmek ya cheikh mahfoud  

Les cartables ne cessent de s’alourdir

Créé par le 16 juin 2007 | Dans : Education

        

          Aujourd’hui, je me suis rendu à l’école primaire pour retirer les carnets scolaires de mes enfants. Le lieu était agréable à voir : il y avait des enfants partout entrain de courir de joie en montrant leurs résultats à leurs parents ou entre eux. Les instituteurs étaient aussi ravis d’en finir avec le tableau et la craie en remettant leur tablier dans les armoires en attendant l’année scolaire suivante. Il y avait une ambiance très familiale ou chacun de son cote était content des résultats. Dommage que je n’avais pas en main mon appareil de photos.

           Le directeur de l’école avec qui j’avais entretenu une discussion de plus d’une heure dans son bureau sur le devenir de nos enfants suite aux différentes reformes entreprises par le ministère de l’éducation m’avait fait cette remarque que j’avais trouvé très intéressante de la mettre dans mon blog et qui résume un peu l’état de santé de notre école. 

« Les tableaux de l’école ne cessent de blanchir 

 et les têtes et les cartables de s’alourdir »

  cartab3.jpgcartab1.jpgcartab2.jpg

        je me rapelle,  qu’à notre époque, un cartable à main nous suffisait pour ranger les affaires de la journée. Certains de nos collegues de classe portaient des serviettes à main tellement qu’on avait peu d’affaires à porter. Cela n’a pas empeché que notre niveau d’enseignement etait plus meilleur que nos enfants.

Aujpourdhui,  le nombre de manuels scolaires ne cessent d’augmanter, les cartables se sont alourdis pour passer d’un cartable à main, à un sac au dos pour en finir à un cartable à roulettes. Mais est ce que la lourdeur de leur cartable  se traduit par  une lourdeur de leur connaissance scientifique ?

      

Effervescence a Blida

Créé par le 13 juin 2007 | Dans : Non classé

usmb0061.jpg       

   La demi finale de la coupe d’Algérie de football aura lieu ce vendredi 15 juin. L’USMBLIDA affrontera le Mouloudia d’Alger au stade du premier novembre de Tizi-Ouzou. La ville de Blida est en plein effervescence, les banderoles sont plaquées dans presque toutes les ruelles de la ville, sans compter les défilées de voitures avec les couleurs du club tous les soirs. Pour les supporters c’est un match de revanche qu’il faudrait à tout prix gagner.

 usmb0011.jpg

          Des réserves ont été émises par les dirigeants du club auprès de la fédération pour changer la domiciliation du match. Selon le président du club Mohamed zaaf « Ce stade ne convient pas à un match d’une telle importance qui va drainer la grande foule. On veut jouer dans un grand stade ». Malgré cela, tout le monde espèrent gagner ce match. Le pronostic est de deux buts à un.            A noter que l’USMB depuis sa fondation en 1932, elle n’a remportée aucun titre. Espérant que cette fois c’est la bonne. 

encyclopedie des miracles scientifiques dans le coran et la sunna

Créé par le 13 juin 2007 | Dans : Science et Recherche

je viens de decouvrir un site fort interressant que je mets a votre disposition, en esperant que cela vous permettra de mieux vous ressourcer.

http://www.55a.net/firas/french/index.php

bonne navigation….

Les préparatifs du deuxième mariage collectif à Blida s’annoncent mieux.

Créé par le 12 juin 2007 | Dans : Societe

file0012.jpg

      

    Apres avoir aidé 40 couples à se marier l’année dernière, l’association de bienfaisance « el irchad oua islah » de la ville de Blida, fondée par les défunts cheikh Mahfoud Nahnah et cheikh Mohamed bouslimani, s’est fixée comme objectif de marier, cette année,  61 nécessiteux.       

     Ce mariage collectif est devenu une coutume au sein de cette association. Son objectif à travers ce projet social est de permettre à ceux qui n’ont pas les moyens de fonder un foyer de se présenter au niveau du siège de l’association pour bénéficier d’une aide très conséquente.  Cette aide se résume en deux phases comme-ci : 

 -          la première phase qui aura lieu le 16 juin consiste à une donation d’une chambre à coucher avec tout son confort et un costume pour le marier. La mariée bénéficiera aussi d’une bague, d’un coffret de parfum, et d’un soulier.

   -          La deuxième phase aura lieu le 04 juillet 2007, elle consistera à fêter le mariage, ou plus de 3000 personnes seront  conviées à un couscous offert par l’association.            Notons que les bénéficiaires de ce mariage sont choisis sur la base d’une présentation d’un dossier de candidature auprès de l’association et d’une enquête faite par la commission de préparation pour sélectionner les plus nécessiteux.  Grand bravo a la commission de preparation.  

12

la simpson |
:: The 0utsider :: |
RESUME D'UNE VIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mission Quechua 2007
| LE BLOG DE SIR STEPHEN
| ALAIN BESSON SAINT MARTIN D...