Art et Culture

Articles archivés

La fête du Mawlid Ennabaoui de cette année 1430-2009

Créé par le 02 mar 2009 | Dans : Art et Culture

102801213439028.jpg

Cette année la ville de Blida aura la chance d’organiser une manifestation artistique de grande envergure en présence de plusieurs Mounchidines de grands renommés. Cette manifestation qui se déroule durant trois jours consécutifs, au niveau de la salle Touri de Blida, connaitra la participation des lauréats du programme “ Mounchid Echarika”  en l’occurrence Abderrahmane Bouhbila (sharika 1), Nacer meyouh (sharika 2) et Najib Ayache (sharika 3).

 1185029144129.jpgnojoomcirtacomfa4baf162b.jpg

C’est une occasion à tous les fans du Nachid de faire le déplacement. Connaissant la valeur artistique de ces mounchidines, je suis certain qu’un grand spectacle sera au menu.

Exposition de photos sur Blida

Créé par le 19 fév 2008 | Dans : Art et Culture

ph61.jpg

Une Exposition de photos anciennes de la ville de Blida se tient à salle d’exposition de l’association  EL- MANAR qui se trouve  à la place du premier novembre (place ettoute). Cette exposition est l’œuvre de Mr Youssef Ouragui, conservateur de la ville.

Alors je vous invite à venir voyager dans le temps. Vous y trouverez des anciennes photos qui datent de plus d’un siècle.

Très bonne initiative

Créé par le 29 jan 2008 | Dans : Art et Culture

11.gif

La direction du tourisme de la wilaya de Blida vient  de réaliser un CD interactif sur la ville de Blida. Une bonne présentation, avec une musique de fond  andalous, qui offre la possibilité aux citoyens et nostalgiques de la ville de revivre avec émotion le parcours historique, culturel, artistique de la ville des roses. Vous trouverez plusieurs rubriques de présentation dont coutumes et traditions, tourisme, albums de photos, vidéo, arts et cultures…

Vous aurez l’occasion en le consultant de connaître les artisants, les chanteurs, les peintres et les personnalités blideennes. Comme vous trouverez aussi quelques plats qui caractérisent la région de Blida ainsi que quelques recettes de gâteaux.

Pour le procurer adressez vous à :

La direction du tourisme de la wilaya de Blida.

Cité des 128 logements Ben-boulaid – Blida.

Tel : 025402819

Fax : 025402818

L’association sidi Abderrahmane El-KINAI est nee

Créé par le 20 jan 2008 | Dans : Art et Culture

une association vient de se créer a Blida durant ces jours ci, selon une information que j’ai recueillie auprès des services culturelles de la ville de Blida. C’est une bonne initiative qui mérite d’être soutenue surtout lorqu’il s’agit de mettre en valeur les actions menées par le feu cheikh abderrahmane EL-KINAI. j’espère que cette association mettra en oeuvre un prix national pour la science et la culture qui portera le nom de ce cheikh, lorsqu’on sait que cette personnalité durant toute sa vie avait mobilise des sommes d’argent considérables au profit des jeunes qui avaient appris le saint CORAN.

pour plus d’informations sur cette personnalité je vous conseille le livre de cheikh abderrahmane EL-DJILLALI sur l’Histoire de l’Algérie.

 

Vers Beni Haoua

Créé par le 11 oct 2007 | Dans : Art et Culture

Image de prévisualisation YouTube

Source : Samir Ouali

Merci Samir pour ce bout de chemin

Un SMS pour Nacer…

Créé par le 07 oct 2007 | Dans : Art et Culture

munshid20elan1191133634.jpg

          Pour la deuxième année consécutive, la chaine télévisée des Emirats arabes Unis SHARJAH TV, organise une émission intitulée Mounchid Echariqa équivalente à  star-academy qui regroupe les meilleurs jeunes chanteurs religieux du monde arabe et musulman. Le lauréat de l’année dernière était un yéménite et le second était un algérien du nom de BOUHBILA. Cette année, après trois semaines d’élimination, notre jeune talentueux chanteur algérien, en l’occurrence Nacer Meriouh, se trouve en final avec cinq autres concurrents de différents pays à savoir, le Maroc, le Liban, le Yémen, l’Irak et le Soudan. Cette finale aura lieu le deuxième jour de l’AID. Le jury départagera les candidats selon deux notes : une note donnée par le jury et une autre par le public en envoyant juste des SMS a la télévision de SHARJAH. Espérons que notre jeune Nacer gagnera le concours cette année, seulement il a besoin de votre soutien. Alors n’hésitez pas le faire il a tous les atouts d’un grand chanteur.

na1190533364.jpg

Les compotes de poivrons rouges

Créé par le 02 sept 2007 | Dans : Art et Culture

poivron.gif     

     A 30 DA le kilo, le poivron rouge est très prisée en ce début de mois de septembre. Toutes les familles blideenes en achètent en grande quantité, dépassant parfois les 80 kg, pour préparer des compotes et les mettre dans des bocaux. Ils utilisent ces compotes pour mieux saucer la chorba, pomme de terre a la menthe sauvage (fliou), chtetha de bled (selk), chtetha aux poulets ou viandes …. Etc.… 

 

Comment préparer ces compotes : C’est très facile 

 

          Lavez les poivrons rouges puis coupez-les en lanières, en retirant les graines. Mettez les poivrons dans une cocotte minute avec de l’eau et les faire cuire pendant 15 minutes. Mixer les après les avoir égouttés. Mettre le mélange dans une taule et le faire mijoter au four avec un peu d’huile pendant 30 minutes. Ainsi vous obtenez votre compote pour savourer les délices de nos plats traditionnels.

Bonne appétit 

 

  

Les jasmins de Blida

Créé par le 30 juin 2007 | Dans : Art et Culture

jasmin.jpg

          De la famille des oléacées, le Jasminum, appelé jasmin blanc ou jasmin à parfum, est originaire du sud de l’Asie. La floraison blanche a lieu du mois de mai au mois d’octobre.   

          A Blida, la culture du jasmin s’étendait sur une superficie de 90 ha. Sa culture était utilisée essentiellement en parfumerie. Sa transformation qui s’effectuait dans les usines de la Chiffa et de Blida, permettait d’extraire une quantité annuelle, destinée à l’exportation, variant de 8 à 10 quintaux.         

   Nulle maison digne de ce nom ne pouvait se passer de son Jasmin planté a l’entrée ou dans son jardin.     

       Jadis les enfants faisaient sa cueillette tôt le matin, avant le lever du soleil, pour préparer des chapelets pour les vendre. Les garçons se dépêchaient chez les épiciers, les bouchers du coin, les coiffeurs et les jeunes filles aux bains maures. 

          Le jasmin était  aussi utilise comme un déodorant de maison. Les femmes, après avoir finit leurs ménages, décoraient et parfumaient leur lit de chambre et leur salons par du jasmin. Elles aromatisaient aussi l’eau de table par quelques unes de ses pétales pour désaltérer leur soif. 

Découvrons notre civilisation musulmane

Créé par le 19 juin 2007 | Dans : Art et Culture, Histoire, Science et Recherche

  111111.jpg   coffee.jpg    dscf0863.jpg

 

Deux sites forts intéressants sur l’histoire de la science durant la civilisation musulmane qui m’ont été proposés par un Blideen qui  vit à Dubaï. Je vous les soumets,  peut être que vous trouverez des choses qui vous plaisent. 

http://www.muslimheritage.com 

http://www.1001inventions.com

 j’attends vos réactions

Portrait d’un ténor blidéen : Ahmed Larinouna

Créé par le 11 juin 2007 | Dans : Art et Culture

larinouna.jpg« Je l’ai connu, en 1985, à la mosquée de la caserne de l’EFOR de Blida. Il se présentait à chaque prière pour faire l’appel « EL ADHAN ». Tout le monde appréciait sa voix, il n’avait pas besoin d’un ampli pour amplifier son appel. Son appel est écouté dans un rayon de 200 mètres. » 

        Né en 1956 à Blida, berceau de la musique traditionnelle, Ahmed Larinouna est initié dès l’âge de 10 ans au répertoire andalou, qu’il interprète dans la plus pure tradition orale. À 12 ans, il rejoint l’association musicale Nedjma, fondée par le regretté Mohamed Toubal, avec laquelle il participe au 3e festival de musique andalouse en 1968, décrochant le premier prix. Ensuite, il s’inscrit à l’Institut national de musique d’Alger, avant de suivre, en 1978, une formation au Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou. Un an plus tard, il améliore ses connaissances à l’Institut Gnéssine de Moscou, temple du chant lyrique, et étudie sur les pianos de Petrov. Il obtient en 1984 un diplôme de magister qui le consacre chanteur soliste et professeur de chant. Par la suite, Larinouna se produit dans les plus grandes salles de Russie. Il sera Lenski dans Eugène Oneguine et Gastone dans
la Traviata; il chante les Lieds de Schubert en allemand et les mélodies de Fauré et Debussy en français. Mais c’est pour ses chaleureuses interprétations de chants andalous en langue arabe que les moscovites l’applaudissent sans retenue. Avec sa thèse sur « l’art vocal de la musique andalouse », il contribue à sauver cette musique fragilisée par la transmission orale. Seuls 12 des 24 modes de la nouba du VIIIème siècle sont en effet connus aujourd’hui. De retour à Alger, il intègre le milieu artistique local, s’activant en qualité de professeur de chant à l’Institut national de musique d’Alger, sans abandonner la recherche musicale. Il aborde le chant classique andalou par la théorie et le transcrit sur des partitions pour assurer sa large diffusion. Pour lui, tout musicien peut pratiquer l’art andalou, quelles que soient sa sensibilité et son origine culturelle. 

la simpson |
:: The 0utsider :: |
RESUME D'UNE VIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mission Quechua 2007
| LE BLOG DE SIR STEPHEN
| ALAIN BESSON SAINT MARTIN D...