Témoignage d’un des anciens élèves du cheikh NAHNAH

Créé par le 17 juin 2007 | Dans : Nostalgie

Essalamou Aleykoum


Cela fait déjà quatre ans qu’on a perdu en la personne de Cheikh Mahfoudh NAHNAH une figure emblématique de notre chère ville (Allah yarhmou w’yarhoum koul el-mou’minine,Amine).
Comme le temps passe vite et que la vie est courte.

J’ai evidement connu notre Cheikh il ya plus de 40 ans. Il demarrait sa vie de Professeur d’Arabe. Il avait la vingtaine ou un peu plus. J’ai eu la chance, le privilège et l’honneur d’être son élève au collège Ben-Boulaîd (Montpensier à l’époque). J’étais en classe de 5ème ou 4ème en 1965 /1966.

J’ai le souvenir d’un homme Charismatique, d’une grande probité et de droiture. C’était un homme qui adorait Dieu et qui préchait la bonne Parole. Il aimait trop la justice et n’hésitait pas à braver les interdits pour fustiger le pouvoir totalitaire qu’on avait à l’époque. Il prônait la liberté d’expression et le respect de la personne humaine. Il avait une voix à la fois chaude, suave et douce qu’on pouvait écouter des heures durant sans nous lasser. Il a enseigné par la suite au lyçée El-Feth et a eu comme élève celle qui est devenue mon épouse. Elle m’a raconté que c’est Cheikh Mahfoudh Nanah qui lui a appris la prière,qu’elle pratique toujours et régulièrement depuis cette époque jusqu’à aujourd’hui. Avec lui j’ai appris plusieurs versets du Coran ainsi que la droiture et la modestie comme celle qui le caractérisait.

0000329143014.jpg

 Le destin a failli nous faire rencontrer trente ans plus tard en France, à Chateau Chinon dans le Morvan. J’avais appris qu’il faisait parti du corps enseignants de l’Institut Européen des Siences Humaines ( la première Université des sciences Islamiques d’Europe, inaugurée en 1992). Malheureusement le jours ou j’y étais, il ne s’y trouvait pas. Le destin n’a pas voulu que l’on se re-croise. Qu’à cela ne tiennes!
Je garde de notre Cheikh le souvenir d’un grand Homme, une grande figure de l’islam moderne et ouvert sur le monde et d’un savant qui a marqué son époque. Il a transmis son savoir et sa connaissance à toute une génération. J’éspère que son association qu’il a transformé en partie (pour les besoins de la cause) pérdure son oeuvre et son travail dans le même esprit qu’il a initié.
A son évocation, je le pleure une fois, car c’était un vrai grand frère, au sens noble du mot.
En france certains hommes politiques et les médias le surnommait: Cheikh Alpaga, en référence à son élégance vestimentaire, parsqu’il aimait portait de beaux costumes, à l’inverse des Cheikhs du moyen Orient. C’était flatteur et il le méritait tant.
Allah yarhmou encore une fois
Djamel de france
wa salamou alekoum

Hommage a cheikh Mahfoud NAHNAH

Créé par le 17 juin 2007 | Dans : Nostalgie

0000312106001.jpg      

                  cheikh mahfoud nahnah toujous souriant

 Le 19 juin 2003, Blida a perdu un de ses valeureux enfants : Sheikh Mahfoud NAHNAH. Il était un des symboles de la réconciliation nationale. Son dévouement à la nation, son attachement aux valeurs de la république, son adhésion profonde à la culture arabo-islamique ont fait de lui un exemple pour les générations futures.    

          Son nom a surpassé les murs de la ville de la Blida. Il est connu à travers le monde par sa capacité de dialoguer, de convaincre, de prêcher la bonne parole et son courage exemplaire de dénoncer le terrorisme au moment ou plusieurs personnalités religieuses et politiques ont choisi le chemin du silence ce qui lui a coûté la mort de son plus cher ami d’enfance cheikh Mohamed Bouslimani, tué par un groupe terroriste le 26 janvier1994.  

           Ses thèses les plus soutenues étaient la choura (consultation), la démocratie, le développement, la tolérance, le respect mutuel, le respect des droits de l’homme, la participation de la femme dans les divers domaines de la vie, le respect des droits des minorités, le dialogue des civilisations, le respect des libertés individuelles et fondamentales, la modération et la pondération.    0000320715002.jpg   

  Le cheikh Mahfoud Nahnah est né le 27 Janvier 1942 à Blida (à 50 Km d’Alger), il appartenait à une famille pieuse, qui etait caractérisée par son attachement à la civilisation arabo-islamique, il avait appris le coran dés son jeune âge. Il avait fait ses premiers enseignements à l’école El-irched de Blida qui appartenait au mouvement nationaliste du PPA. Il n’avait jamais connu l’école française parce que son père (Allah yarhmou) tenait à tout prix que son fils soit imprégné de la culture arabo-musulmane, sous la houlette de grands savants et professeurs respectés de l’époque, tels que cheikh Mahfoudhi, cheikh Saoudi, cheikh Benameur,…. pour ne citer que cela.  

    

       Dés son jeune âge, il avait participé à la guerre de libération algérienne, en qualité de moussabil. Il était en relation avec tous les chefs de la région de Blida tels que Ahmed el blidi, Sid-Ahmed yekhlef, Maamar djaguaguene et les autres. Il était considéré  comme leur homme de confiance et ce jusqu’à l’indépendance en 1962. Il avait participé à toutes les manifestations populaires aux côtés des martyres des événements.        

 A l‘indépendance, cheikh a choisi la profession d’éducateur. Il avait occupé la fonction d’instituteur, puis directeur d’école, jusqu’en 19966 ou il avait rejoint les bancs de l’université d’Alger pour préparer une licence de littérature arabe qu’il avait obtenu en 1970.           

   Il avait commencé son activité de prédication à la mosquée de hanafi de Blida ou il tenait une « halka » une fois par semaine et  qui regroupait que des  jeunes universitaires de l’époque en campagnie de son cher ami d’enfance cheikh Mohamed Bouslimani. Ses connaissances sur les principes de l’islam et sa maitrise parfaite  de la langue arabe ont fait de lui un homme de religion. On fait appel à lui dans toutes les mosquées de la ville de Blida et d’Alger. Tout le monde aimait écouter ses prédications. Son slogan était que l’islam est un mode de vie et non pas seulement une pratique musulmane. Il prônait un islam issu de la pensée des grands penseurs de l’époque tels que cheikh Hassan el Benna, cheikh El Ghazali, cheikh El Mawdoudi, cheikh el Quaradhaoui, et ainsi de suite.  

        A la fac centrale, il a pu en collaboration avec ses frères ouvrir une mosquée pour les étudiants, il etait celui qui avait dirigé la première prière du Vendredi dans cette Mosquée ; douze personnes avaient assisté à cette première prière parmi eux, le Martyre Bouslimani, Abdelwahab Benhamouda, Malek Bennabi… 

 En 1975 il s’était opposé au régime socialiste de Boumediene. Il était convaincu que ce choix sociopolitique ne s’accomodait pas avec les principes du peuple algérien arabe et musulman. De ce fait,  Il s’était opposé radicalement au vote sur la charte nationale de 1975 qui voulait l’imposition du système socialiste (communiste) par la force, ce qui lui avait coûte la prison de ferme de 15 ans.  Il a été libéré en novembre 1980, après  avoir endurée une peine de 05 ans.      

     Son emprisonnement a fait de lui un symbole de l’opposition. A sa sortie de prison une foule de gens sont venus le voir à sa maison. J’étais de ceux qui ont fait ce déplacement. je peux attester que c’était une fête dans le quartier. Des gens venaient de partout pour le voir ; de Tébessa, de Tlemcen, de Tamanrasset et de Tizi-Ouzou, parmi eux des hommes, des femmes, des étudiants, des professeurs et des moudjahidines.      

      Son premier prêche l’avait fait  à la mosquée d’El Badr de Blida en présence d’une foule nombreuse. Son message était simple l’islam est la solution a tous nos problèmes.  Et depuis ce temps le cheikh s’est consacre à donner des conférences  sur le devenir de l’islam, il a participé à plusieurs congrès et colloques internationaux en Europe, Amérique, Asie et en Afrique, qui concernent les questions liées à l’Islam, l’Occident, les droits de l’homme etla Démocratie. Ce qui lui a permis de rencontrer des leaders et des grands responsables en France, Espagne, Suède, Etats Unis d’Amériques, Allemagne, Grande Bretagne, Italie, Syrie, Jordanie, Arabie Saoudite, Soudan, Qatar, Koweït, Maroc, Libye… etc          

 Durant tout son parcours de prédicateur, il avait dénoncé la violence et le terrorisme et toute forme d’extrémisme dans la religion, il considérait l’extrémisme comme concept étranger à l’Islam et aux Musulmans. Il a consacré tout son parcours islamique, depuis plus de trois décennies, pour défendre la vraie confession et les valeurs de la pondération et du juste milieu. Il avait  aussi des positions claires envers le socialisme, le chauvinisme, le sionisme, la laïcité,  la cause Palestinienne et celle de l’Afghanistan.  

           Cheikh Mahfoud est mort le 19 juin 2003 après une longue maladie, dans sa demeure.il fut enterré au cimetière d’El Alia (Alger)  en présence de centaines de milliers de personnes qui sont venus lui rendre un dernier hommage.   0000320715005.jpg        allah yarhmek ya cheikh mahfoud  

Les cartables ne cessent de s’alourdir

Créé par le 16 juin 2007 | Dans : Education

        

          Aujourd’hui, je me suis rendu à l’école primaire pour retirer les carnets scolaires de mes enfants. Le lieu était agréable à voir : il y avait des enfants partout entrain de courir de joie en montrant leurs résultats à leurs parents ou entre eux. Les instituteurs étaient aussi ravis d’en finir avec le tableau et la craie en remettant leur tablier dans les armoires en attendant l’année scolaire suivante. Il y avait une ambiance très familiale ou chacun de son cote était content des résultats. Dommage que je n’avais pas en main mon appareil de photos.

           Le directeur de l’école avec qui j’avais entretenu une discussion de plus d’une heure dans son bureau sur le devenir de nos enfants suite aux différentes reformes entreprises par le ministère de l’éducation m’avait fait cette remarque que j’avais trouvé très intéressante de la mettre dans mon blog et qui résume un peu l’état de santé de notre école. 

« Les tableaux de l’école ne cessent de blanchir 

 et les têtes et les cartables de s’alourdir »

  cartab3.jpgcartab1.jpgcartab2.jpg

        je me rapelle,  qu’à notre époque, un cartable à main nous suffisait pour ranger les affaires de la journée. Certains de nos collegues de classe portaient des serviettes à main tellement qu’on avait peu d’affaires à porter. Cela n’a pas empeché que notre niveau d’enseignement etait plus meilleur que nos enfants.

Aujpourdhui,  le nombre de manuels scolaires ne cessent d’augmanter, les cartables se sont alourdis pour passer d’un cartable à main, à un sac au dos pour en finir à un cartable à roulettes. Mais est ce que la lourdeur de leur cartable  se traduit par  une lourdeur de leur connaissance scientifique ?

      

Effervescence a Blida

Créé par le 13 juin 2007 | Dans : Non classé

usmb0061.jpg       

   La demi finale de la coupe d’Algérie de football aura lieu ce vendredi 15 juin. L’USMBLIDA affrontera le Mouloudia d’Alger au stade du premier novembre de Tizi-Ouzou. La ville de Blida est en plein effervescence, les banderoles sont plaquées dans presque toutes les ruelles de la ville, sans compter les défilées de voitures avec les couleurs du club tous les soirs. Pour les supporters c’est un match de revanche qu’il faudrait à tout prix gagner.

 usmb0011.jpg

          Des réserves ont été émises par les dirigeants du club auprès de la fédération pour changer la domiciliation du match. Selon le président du club Mohamed zaaf « Ce stade ne convient pas à un match d’une telle importance qui va drainer la grande foule. On veut jouer dans un grand stade ». Malgré cela, tout le monde espèrent gagner ce match. Le pronostic est de deux buts à un.            A noter que l’USMB depuis sa fondation en 1932, elle n’a remportée aucun titre. Espérant que cette fois c’est la bonne. 

encyclopedie des miracles scientifiques dans le coran et la sunna

Créé par le 13 juin 2007 | Dans : Science et Recherche

je viens de decouvrir un site fort interressant que je mets a votre disposition, en esperant que cela vous permettra de mieux vous ressourcer.

http://www.55a.net/firas/french/index.php

bonne navigation….

Les préparatifs du deuxième mariage collectif à Blida s’annoncent mieux.

Créé par le 12 juin 2007 | Dans : Societe

file0012.jpg

      

    Apres avoir aidé 40 couples à se marier l’année dernière, l’association de bienfaisance « el irchad oua islah » de la ville de Blida, fondée par les défunts cheikh Mahfoud Nahnah et cheikh Mohamed bouslimani, s’est fixée comme objectif de marier, cette année,  61 nécessiteux.       

     Ce mariage collectif est devenu une coutume au sein de cette association. Son objectif à travers ce projet social est de permettre à ceux qui n’ont pas les moyens de fonder un foyer de se présenter au niveau du siège de l’association pour bénéficier d’une aide très conséquente.  Cette aide se résume en deux phases comme-ci : 

 -          la première phase qui aura lieu le 16 juin consiste à une donation d’une chambre à coucher avec tout son confort et un costume pour le marier. La mariée bénéficiera aussi d’une bague, d’un coffret de parfum, et d’un soulier.

   -          La deuxième phase aura lieu le 04 juillet 2007, elle consistera à fêter le mariage, ou plus de 3000 personnes seront  conviées à un couscous offert par l’association.            Notons que les bénéficiaires de ce mariage sont choisis sur la base d’une présentation d’un dossier de candidature auprès de l’association et d’une enquête faite par la commission de préparation pour sélectionner les plus nécessiteux.  Grand bravo a la commission de preparation.  

Portrait d’un ténor blidéen : Ahmed Larinouna

Créé par le 11 juin 2007 | Dans : Art et Culture

larinouna.jpg« Je l’ai connu, en 1985, à la mosquée de la caserne de l’EFOR de Blida. Il se présentait à chaque prière pour faire l’appel « EL ADHAN ». Tout le monde appréciait sa voix, il n’avait pas besoin d’un ampli pour amplifier son appel. Son appel est écouté dans un rayon de 200 mètres. » 

        Né en 1956 à Blida, berceau de la musique traditionnelle, Ahmed Larinouna est initié dès l’âge de 10 ans au répertoire andalou, qu’il interprète dans la plus pure tradition orale. À 12 ans, il rejoint l’association musicale Nedjma, fondée par le regretté Mohamed Toubal, avec laquelle il participe au 3e festival de musique andalouse en 1968, décrochant le premier prix. Ensuite, il s’inscrit à l’Institut national de musique d’Alger, avant de suivre, en 1978, une formation au Conservatoire Tchaïkovsky de Moscou. Un an plus tard, il améliore ses connaissances à l’Institut Gnéssine de Moscou, temple du chant lyrique, et étudie sur les pianos de Petrov. Il obtient en 1984 un diplôme de magister qui le consacre chanteur soliste et professeur de chant. Par la suite, Larinouna se produit dans les plus grandes salles de Russie. Il sera Lenski dans Eugène Oneguine et Gastone dans
la Traviata; il chante les Lieds de Schubert en allemand et les mélodies de Fauré et Debussy en français. Mais c’est pour ses chaleureuses interprétations de chants andalous en langue arabe que les moscovites l’applaudissent sans retenue. Avec sa thèse sur « l’art vocal de la musique andalouse », il contribue à sauver cette musique fragilisée par la transmission orale. Seuls 12 des 24 modes de la nouba du VIIIème siècle sont en effet connus aujourd’hui. De retour à Alger, il intègre le milieu artistique local, s’activant en qualité de professeur de chant à l’Institut national de musique d’Alger, sans abandonner la recherche musicale. Il aborde le chant classique andalou par la théorie et le transcrit sur des partitions pour assurer sa large diffusion. Pour lui, tout musicien peut pratiquer l’art andalou, quelles que soient sa sensibilité et son origine culturelle. 

La production fruitière perturbée

Créé par le 11 juin 2007 | Dans : Fait Divers

      Hier, vers 18 heures, blida a connu une deferle de grêles rarement vue depuis une dizaine d’annees. cette chute de grêle d’une dimension moyenne de 2 cm, a durée plus de 20 mn et a offert un beau spectacle pour les blideens en quête de voir des evenements pareils qui commencent à se faire rare. Seulement ce type d’intempérie, ajouté à ceux des mois precedents, a eu des effets nefastes sur l’agriculture.

      En effet, selon le directeur  de la Chambre de l’agriculture de la wilaya de Blida : Ces intempéries  qui ont sévi durant les derniers mois ont fortement perturbé le cycle végétatif de plusieurs espèces fruitières, dont les agrumes, le pêche, le poirier et le pommier tardif . Selon le meme interlocuteur que des pertes dans la production et des effets néfastes seront ressentis par les agriculteurs. Il notera que ces changements climatiques ont engendré le pourrissement et la chute des fleurs dus à l’excès d’eau dans la majorité des parcelles fruitières. il indiquera, cependant, que, selon les informations disponibles, les préjudices peuvent atteindre les 80 % des prévisions de récoltes.

      Le directeur de la Chambre de l’agriculture attirera l’attention sur la gravité de la chute de la production en appelant à prendre les mesures appropriées en vue d’apporter les correctifs techniques nécessaires au rétablissement de l’équilibre des vergers et d’assister les exploitations. Il préconisera, par ailleurs, l’élaboration d’un diagnostic approfondi pour la mise en place d’un plan de redressement.

source d’information: http://www.lauthentiquedz.net/page24.html#3

Les prix flambent de nouveau

Créé par le 04 juin 2007 | Dans : Fait Divers

 

souk.jpg

         

legume.jpg

         En ce lundi 04 juin 2007, les prix des fruits et légumes s’envolent, a Blida, sous l’effet des spéculations et des pratiques illégales de certains commerçants de gros et de détail qui ne cherche que tirer profits des conjonctures climatiques et du nombre croissant des maladies qui touchent certains produits agricoles tels que la maladie le mildiou, qui a infecté des milliers d’hectares de pomme de terre dans les wilayas de Aïn Defla, de Chlef, de Mostaganem, de Mascara, de Aïn Témouchent et d’Oran. 

 

          Dans la rue coulouglis, les prix des fruits et légumes sont affiches de la manière suivante :   

 

Produits 

Quantité 

Prix en DA 

Pomme de terre 

Kg 

55 

Carotte 

Kg 

40 

Navets 

Kg 

40 

Poivron 

Kg 

65 

Courgette 

Kg 

45 

Haricots verts 

Kg 

65 

Oignons 

Kg 

20 

Petit – Pois 

Kg 

60 

Aubergines 

Kg 

70 

Laitue 

Kg 

50 

Haricots a égrainé 

Kg 

120 

Fève 

Kg 

25 

Concombre 

Kg 

35 

Betterave 

Kg 

40 

Nèfles 

Kg 

60 – 140 selon les choix 

Abricots 

Kg 

70 – 90 selon les choix 

Pèche 

Kg 

40 – 65 

Fraises 

Kg 

100 

Oranges 

Kg 

80 

 

          Cette mercuriale des prix montre bien, en ce début de mois de juin, que les niveaux des prix ne répondent à aucune logique de commercialisation. 

 

           A en croire certains commerçants, le prix de la pomme de terre connaitra très prochainement une autre flambée pour arriver aux alentours de 80 DA, ce qui empêchera les blideens de savourer et déguster notre cher plat  préféré : batata bel fliou, chtitha bel batata, batat bidha bel felfel,…..

souce de photos:  http://www.flickr.com/photos/bachir

 

 

 

Joie au service de pediatrie de BEN-BOULAID

Créé par le 30 mai 2007 | Dans : Societe

association185.jpg      

    A l’occasion de la journée mondiale de l’enfance, l’association  d’aide aux malades atteints de cancer «  EL BADR » organisera, demain le 31 mai 2007, une visite de courtoisie au service de pédiatrie de l’hôpital BEN-BOULAID.  Ils offriront, a cette occasion, des cadeaux pour les 26 malades, âgés entre trois mois et 15 ans, dont 11 sont atteints de cancer. Cette opération de bienfaisance est le fruit d’un don offert par quelques enseignants du département de Tronc Commun (T.C.T) de l’université de Blida qui n’hésitent point a redonner sourire et joie a ces enfants malades. 

association191.jpg   

 Cette opération n’est pas la première, ils y en avaient d’autres, auprès des malades du Centre Anti-Cancer de CHU de FRANTZ FANON, dont nous revenons dans un prochain article.        

     L’association EL-BADR à vocation caritative, a été fondée en septembre 2006, et elle a pour mission :  d’aider les malades et leur famille a l’hôpital et a domicile , la prise en charge psychologique des malades et les prises de rendez-vous. 

 Ses coordonnées sont :  

Adresse : 79, bd larbi Tebessi 09000 Blida  

BP : 617 

Tel :  092745631       

FAX : 25 40 14 08 

Mail :  blidabadr@yahoo.fr.    

1...45678

la simpson |
:: The 0utsider :: |
RESUME D'UNE VIE |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mission Quechua 2007
| LE BLOG DE SIR STEPHEN
| ALAIN BESSON SAINT MARTIN D...